Et si on s’intéressait aux oiseaux?

Ce week-end du 4 et 5 février, c’était la grande journée du comptage des oiseaux de l’association Natagora.

4266 jardins ont participé à l’opération, pour une moyenne de 36 oiseaux par jardin.
L’association a publié ses résultats sur Facebook et ici : http://www.natagora.be/index.php?id=792

Les trois oiseaux les plus fréquents sont donc le merle noir, la mésange charbonnière et le rougegorge. On retrouve dans le classement pas mal de “petits” oiseaux (type accenteur mouchet, pinsons, troglodytes..)….logique : l’hiver a été plutôt clément jusqu’à il y a une semaine, or c’est généralement les petits oiseaux qui souffrent les premiers du froid.

——————————————————————————————-

En parlant d’oiseaux, je suis tombée dans le magazine de ma commune (Woluwé-Saint-Pierre) sur une très bonne nouvelle ornithologique….vous allez comprendre🙂

Les Bruxellois ont sûrement déjà remarqué au printemps au pied de la cathédrale Sainte-Gudule la petite cabane du programme “Faucon pour tous”. Mis en place par l’Institut Royal des Sciences Naturelles, le programme permet au public de découvrir cet oiseau majestueux, d’observer la construction du nid et les naissances des petits pèlerins en direct.

Une petite vidéo en prime “Pigeons for lunch” prise l’année passée… appréciez l’appétit!

Mais qui est donc le faucon pèlerin (Falco peregrinus) et pourquoi en parle-t-on tant ?

C’est le grand rapace le plus répandu (il est présent sur tous les continents), et le plus rapide : en piqué, il peut atteindre une vitesse de 300 km/h! Evidemment, c’est un chasseur qui se nourrit de nombreux oiseaux qu’il capture en vol. Comme tous les grands prédateurs, il joue un rôle écologique essentiel puisqu’il permet de maintenir l’équilibre des espèces. En ville notamment, le faucon pèlerin est un allié précieux dans la lutte contre la prolifération des pigeons.

Malheureusement, en Europe, en Amérique du Nord et dans bien d’autres endroits, les populations de pèlerins ont commencé à décliner à partir des années 50-60, jusqu’à s’éteindre dans certaines régions comme en Belgique (les zones marquées par un E sur cette carte).

Les causes?

  • le braconnage : particulièrement pour ses oeufs
  • les pesticides : principaux coupables, les organochlorés (aux noms tristement célèbres de DDT, PCB, dioxines…). Ces produits, qui peuvent persister plus de 20 ans dans les sols, sont extrêmement toxiques pour la faune aquatique, et cancérigènes pour l’homme. Chez les oiseaux, le DDT provoque un amincissement de la coquille, l’oeuf casse donc alors même qu’il est couvé et très peu d’oisillons naissent à terme.
  • la bioaccumulation : le faucon consomme des oiseaux eux-mêmes fortement contaminés par ces pesticides. Comme il est tout en haut de la chaîne alimentaire, c’est lui qui en absorbera le plus….

Les initiatives

  • interdiction des pesticides organochlorés : les résidus de DTT dans les oiseaux et leurs oeufs diminuent (exemple ici chez des faucons pèlerins au Canada, Conservation Magazine, 2011)
  • reproduction en captivité et réintroduction en milieu naturel
  • aménagement de nids
  • sensibilisation du public

Les résultats
Pour une fois, de bonnes nouvelles en biologie de la conservation! Même si il existe encore des populations menacées, le faucon pèlerin se réétablit progressivement dans beaucoup de pays.

Un petit graphe très révélateur édité par LPO (Ligue de Protection des oiseaux) française : en 30 ans, le nombre de couples contrôlés a été multiplié par 8.

En Belgique aussi, le faucon pèlerin revient progressivement!

Voilà donc le sixième couple de pèlerins bruxellois, au sommet de la maison communale de Woluwé-Saint-Pierre. Le mâle est l’un des petits nés l’année passée au sommet de la Cathédrale Sainte-Gudule, l’origine de la femelle est encore inconnue….espérons une bonne nouvelle d’ici a quelques semaines!

© Paulo Paixão

About Sophie

Qui suis-je? Who am I? Wer bin Ich? A biologist crazy about everything that lives on earth, under water and in the air. Loving plants, gardening, music, diving and travelling. Currently rescuing threatened garden plants at Plant Heritage (NCCPG).
This entry was posted in Actions and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s